Ce site a fermé. Nouveau site : http://bibliothequeroyale.guilde-wow.fr/
 
AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les vertus des plantes, tome II : Compagnon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Swan
Admin
avatar

Messages : 754
Date d'inscription : 22/07/2015

MessageSujet: Les vertus des plantes, tome II : Compagnon   Lun 11 Juil - 17:59


Nom de l’auteur : Baldwin Carfort
Type : Encyclopédie
Titre : Les Vertus des Plantes, tome II : Compagnon
Note à propos de l’auteur : Alchimiste humain, toujours en voyage pour collecter de nouvelles plantes.
Note à propos de l’œuvre : Encyclopédie sur les plantes que l'on peut trouver en Azeroth et ailleurs, et leurs applications.
La parenthèse : Les autres tomes suivront, si d'ici-là l'auteur ne s'est pas noyé en ramassant de l'étouffante. Sources : quelques écrits anglophones équivalents et Wowhead.




L'églantine

L'églantine est une vigne noueuse très épaisse, recouverte d'épines extrêmement tranchantes. Sa récolte requiert donc un matériel approprié. Elle forme des buissons denses qui atteignent en général 1 mètre. Ne laissant apercevoir ni feuilles, ni fleurs, ni fruits, elle peut passer pour une plante morte auprès du néophyte.

En coupant la vigne, on trouve en son centre une sève très épaisse possédant des propriétés médicinales. Si on applique cette sève sur des blessures, elle permet d'éviter l'inflammation et de réduire la douleur. Elle a surtout prouvé son efficacité sur les brûlures quand elle est appliquée sur un baume. Ingérée telle quelle, la sève possède – outre un très mauvais goût – des propriétés tonifiantes et purgatives. D'autre part, en infusion chaude, la plante provoque une importante sudation mais a aussi de très bon effets sur les douleurs musculaires, les rhumatismes et la fièvre. Avec ses épines et sa solidité, l'églantine est parfois utilisé comme défense de fortune par les hurans.

Si on ajoute à la pacifique et au feuillargent des extraits de la sève, on obtient une potion de soins un peu plus puissante. L'infusion de sève d'églantine peut aussi être combinée à la doulourante pour une potion de soins encore plus efficace, voir une potion de « sang de troll » si on utilise la sève telle quelle et qu'on augmente la dose. Combinée au chardonnier, on peut concocter des potions de rapidité. Enfin, la sève brute utilisée avec du mage royal permet d'obtenir un élixir de sagesse, permettant de clarifier l'esprit et d'aider au lancement de sortilège.

L'églantine est le plus souvent retrouvée près des campements des hurans, dans les Tarides. Il faut être vigilant lors de la récolté car ceux-ci n'aiment guère les visiteurs qui viennent cueillir leurs plantes sacrées. Selon la légende, l'églantine pousse dans les lieux où le sang du demi-dieu Agamaggan a été versé il y a dix mille ans, au cours de la Guerre des Anciens.


L'étouffante

L'étouffante est une plante aquatique, une algue verte, qui pousse dans les eaux peu profondes, salées ou non. Les spécimens sont généralement très longs, plusieurs mètres, avec beaucoup de ramifications. Cela en fait une plante très dangereuse à la récolte : il est assez facile de s'y emmêler et de se noyer, d'où son nom.

Les feuilles de l'étouffante sont réputées pour traiter efficacement les affections respiratoires, chroniques ou aiguës, comme l'asthme ou la bronchite. Je vous conseille de ne pas adresser une dose trop forte car cela peut causer des vomissements, à moins que ce soit l'effet recherché. La tige de l'algue, elle, est un antidouleur léger, et améliore légèrement les réflexes. Séchée, elle peut constituer une solide corde. En très petites dose, les feuilles sont utilisées en cuisine pour assaisonner des plats.

On retrouve l'étouffante dans toutes sortes de potions. Mais sa principale utilisation reste dans la cadre des élixirs de respiration aquatique, où avec de l'huile de bouche-noire elle permet de retenir son souffle pendant un temps conséquent. Elle est ajoutée à du mage royal ou à du sang-royal pour confectionner des potions de mana. Avec de l'aciérite sauvage, on obtient un élixir de défense, et avec de la dorépine, un élixir d'agilité. Combinée à de la viétérule, on peut concocter un anti-poison.

Comme dit précédemment, l'étouffante est une algue qui apprécie particulièrement les eaux salées. On la retrouve beaucoup le long des côtes de la jungle de Strangleronce, où elle est utilisée par les trolls, les murlocs et les nagas qui y vivent.


La doulourante

La doulourante est une espèce qui dérive du chardon, formée de longues tiges au bout desquelles se trouve une unique fleur, dont la couleur varie du rose pâle au violet pâle, lesquelles sont entourées de bractées légèrement épineuses. Sa taille varie de 50 à 80 centimètres. Elle possède des feuilles avec plusieurs lobes, disposées en palme et à contours lisses, ce qui est un élément qui permet de la différencier des autres genres de chardons. Son nom vient certainement de ses propriétés curatives et de sa capacité à atténuer la douleur. Il est notoire que cette plante est difficile à trouver, car elle est en mesure de se fondre dans son environnement avec une efficacité déconcertante.

Cette plante est utilisée traditionnellement pour ses effets sur l'anxiété, la nervosité et les troubles du sommeil. Elle est aussi efficace sur les douleurs nerveuses et fonctionne comme un anti-douleur de manière générale, et est utilisé comme sédatif. On utilise principalement la tige de la doulourante, car c'est elle qui renferme toutes ces propriétés. La fleur et les feuilles sont sans utilité, et la racine peut être utilisée mais attention, car elle peut facilement provoquer un surdosage, qui peut avoir les effets inverses de la plante et plonger le sujet dans un état d'anxiété. L'usage de la tige est donc plus sûr.

Par voie orale, une infusion de tige de doulourante et de feuille de chardonnier permet d'éliminer le stress, les douleurs nerveuses et d'améliorer le sommeil. L'huile essentielle de cette plante est utilisée dans les potions de soins avec de l'églantine, ou dans les élixirs de « sang de troll » avec de l'églantine ou de la viétérule. Un baume confectionné avec de la doulourante permet d'atténuer les douleurs nerveuses. Enfin, la doulourante permet de confectionner des contre-venins, si on dispose d'un échantillon du venin en question. On peut soit créer une pommade à appliquer sur la morsure, soit un antidote à avaler. Attention, cela ne fonctionne que sur les venins peu puissants, ne croyez pas que cela vous sauvera d'une morsure de serpent géant.

La doulourante est une plante qui apprécie les abords des habitations et des ruines, ainsi que les collines. On peut la trouver dans des climats très différents, comme les ruines trolles du nord de la jungle de Strangleronce, ou les ruines des montagnes d'Alterac.


L'aciérite sauvage

L'aciérite sauvage est un arbuste qui ressemble à l'aubépine. Ses feuilles peuvent atteindre 7 centimètres, et sont ovales à bord uni. Ses fleurs blanches ou jaunes possèdent 5 pétales, leur diamètre allant de 4 à 6 centimètres. Ses fruits sont de petites baies rondes de 5 à 10 millimètres de diamètre. Cette plante forme des buissons qui peuvent mesurer jusqu'à 3 mètres de hauteur. On la trouve surtout dans les pentes, ce qui la rend assez difficile à atteindre. Malheureusement, l'aciérite commune domestiquée n'a pas toutes les propriétés médicinales de sa variante sauvage. Son nom vient autant de son utilité en alchimie que dans la solidité de ses branches.

L'aciérite, aussi bien sauvage que domestique, est une plante qui est utilisée chez les humains pour conjurer le mauvais sort. Ainsi, on la retrouve souvent aux abords des habitations. Dans de vieilles recettes, on utilise l'aciérite dans des potions de résistance contre la magie. Les pétales de l'aciérite sauvage possèdent des propriétés anabolisantes, qui permettent d'augmenter la résistance à la douleur et de renforcer la peau, propriétés souvent utilisées dans la formation et l'entraînement des guerriers. Enfin, le bois d'aciérite, grâce à sa solidité et à sa résistance, est souvent utilisé en petite menuiserie ou pour confectionner des flèches.

Un thé pris quotidiennement fait avec des pétales séchés d'aciérite sauvage constitue un bon traitement favorisant le développement musculaire sur le long terme. Les extraits de la fleur de l'aciérite sont utilisés dans des élixirs de défense, en y ajoutant de l'étouffante ou de la dorépine. Avec cette dernière, on peut aussi arriver à un élixir de robustesse. Elle est aussi ajoutée au chardonnier dans les élixirs d'agilité. Enfin, c'est de l'aciérite sauvage que l'on ajoute à la pâlerette dans la recette de la potion d'invisibilité mineure.

Cette plante est originaire des hautes-terres d'Arathi, où elle apprécie surtout les collines rocailleuses de la région. Elle est utilisée depuis fort longtemps par le peuple de la nation de Stromgarde, qui sait plus que tous les autres tirer parti des qualités de l'aciérite sauvage. Les plus téméraires d'entre eux obtiennent même une liqueur d'aciérite à partir des baies de la plante. La plante s'est aussi adaptée à d'autre climats, il est possible par exemple de croiser certains spécimens dans les Serres-Rocheuses.


La tombeline

La tombeline est une mousse très aisément reconnaissable, aussi ne m'attarderai-je pas sur sa description. Elle est de couleur gris-vert, et pousse uniquement autour des tombes non entretenues et des cadavres. Lors de sa récolte, assurez-vous que toutes les goules, fantômes et autres nuisibles ne puissent pas vous importuner. Son odeur peut être aussi écœurante, mais ça reste un moyen de la détecter.

Cette plante est intéressante dans son fonctionnement. On ne sait pas si elle naît des énergies nécrotiques issus des cadavres ou si elle s'en nourrit : dans tous les cas, elle est imprégnée de magie sombre. Elle possède quelques utilisations dans des rituels magiques, que je ne détaillerai pas faute de connaissances dans ce domaine. Bien évidemment, elle est très toxique, de par ses propriétés magiques et sa proximité avec les matières putréfiées. Avant d'utiliser la tombeline, un lavage est nécessaire.

Quand on voit à quel point cette plante a mauvaise réputation auprès des non-initiés, on comprend facilement pourquoi elle n'a que peu d'utilisations pratiques. Néanmoins, elle reste plutôt facile à trouver pour qui en a besoin, et peut s'avérer fort utile dans certains cas. On peut tirer de la tombeline une huile qui permet d'enduire les armes de mêlée et d'améliorer leur efficacité en infligeant à la cible des dégâts magiques. Enfin, correctement utilisée en faible concentration et avec du sang-royal, la tombeline permet de concevoir une potion de protection contre les magies sombres.

Un des meilleurs endroits pour trouver de la tombeline est le Bois de la Pénombre, plus précisément le cimetière de la Colline-aux-Corbeaux. Dans cette région, on dit que la tombeline est possédée par des esprits qui ont connu une mort violente, et que en tirant la plante du sol ce fantôme pousse un cri strident qui peut faire perdre la raison à un homme.


Le sang-royal

Le sang-royal est une plante à fleur mesurant jusqu'à 80 centimètres. Ses tiges sont poilues, ses feuilles couvertes de poils aussi sont longues et fines : celles à la base peuvent mesurer jusqu'à 50 centimètres. Les fleurs ressemblent à celles de la sauge, de couleur allant de mauve à violet, mesurant 4 centimètres de longueur en moyenne. Il apprécie les surfaces planes et ensoleillées. D'après la légende, cette plante pousse là où le sang des rois a été versé.

Bien que n'atteignant pas les mêmes quantités que d'autres plantes plus spécialisées, il convient de mentionner que le sang-royal est imprégné de magie. Les feuilles de sang-royal constituent un remède traditionnel contre la toux et le rhume quand elles sont préparées en infusion, ses fleurs (la partie la plus gorgée de magie) peuvent être utilisées dans certains contre-poisons, mais c'est la racine qui a le plus vaste domaine d'applications. On peut l'utiliser pour certaines potions, ou bien la tremper dans de la bière pour aromatiser cette dernière, ou alors encore la faire sécher et la mettre en poudre pour obtenir un aphrodisiaque efficace.

On ne trouve pas d'applications cutanées au sang-royal. Néanmoins, les extraits des pétales de la fleur sont utilisés avec de l'étouffante pour la potion de mana, avec de l'huile de feu pour l'élixir de maîtrise du feu, ou bien avec de la tombeline dans la potion de protection contre l'ombre. Les extraits de la racine peuvent être mélangés à de la poussière de dents de prédateurs pour obtenir une potion de rage, à de la viétérule pour une potion de soins ou encore à de la terrestrine pour un élixir de force.

Que la légende concernant le sang-royal soit vraie ou non, la plante a su résister à la corruption dans les Maleterres de l'Ouest, et prolifère de nouveau grâce à l'action de la Croisade d'Argent sur place. On peut aussi en trouver en quantité importante dans la  jungle de Strangleronce.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliotheque-royale.forumrpg.org
 
Les vertus des plantes, tome II : Compagnon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des vertus des plantes par Macer Floridus, 1832
» Résumé du tome I du Livre des Vertus (par Pouyss)
» Herbier des plantes médicinales
» [Fan-Fiction] La Civilisation Xalean: Tome 1
» [Fan-Fiction] L'histoire de skiro tome 2 :sanita

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bibliothèque royale :: La bibliothèque :: L'étagère-
Sauter vers: